Actualités

mardi, 15 septembre 2020

La différence entre un journaliste et un communicateur diocésain

Coordonnatrice pour La Croix Africa, Lucie Sarr explique dans un éditorial la différence en un journaliste et un responsable diocésain de communication.

«Dans son travail, le journaliste d’information religieuse rencontre des responsables de communication de diocèses ou de mouvements d’Église. Ceux-ci ont souvent des attentes fortes à l’égard des journalistes mais ont parfois du mal à faire la différence entre communication et information», écrit-elle.

Pas question pour un journaliste «d’avoir l’approbation d’un chargé de communication ou d’une quelconque autorité institutionnelle pour la publication d’un article».

Le rôle d’un journaliste est d’observer «avec une distance critique, des faits qu’il place dans des contextes, ce qui lui permet de faire des analyses». Bien sûr, précise-t-elle, «l’on peut être d’accord avec ces analyses ou pas». Mais «ce n’est pas parce qu’on ne les partage pas qu’elles sont fausses.» (Image: site Web La Croix Africa)

Commentaires

  • Mario Bard 15 septembre 2020

    Réflexion très intéressante à méditer.

    Répondre
  • Gilles Leblanc 16 septembre 2020

    Une réflexion qui est pertinente pour les relationnistes de tout acabit. Un article fait selon les normes journalistiques n’est pas un publi-reportage.

    Répondre
  • Onil Perrier 18 septembre 2020

    En 1969, à l’assemblée de fondation de la FPJQ, je me suis rendu avec l’idée que j’aurais beaucoup à apprendre dans ce milieu en tant que rédacteur du mensuel des Montfortains Marie Reine des Coeurs dont le nom est devenu REGARD DE FOI. Je me suis vite rendu compte de la différence entre un relationiste et un journaliste. Mme Sarr a raison et nos périodiques religieux gagneraient à avoir plus de latitude pour aider nos Églises à évoluer. Voyez ce qui arrivé à Zénit, à Rome, où toute l’équipe (féminine) a démissionné récemment faute de liberté rédactionnelle.

    Répondre
arrow up