Actualités

mercredi, 23 novembre 2022

Rencontre: réforme de la Curie

Dans le plus récent numéro du magazine Rencontre, la directrice et rédactrice en chef Louise-Édith Tétreault présente la réforme de la Curie romaine. Elle note que «la présidence des dicastères n’est plus réservée aux cardinaux et ne nécessite plus l’ordination».

Elle précise que «cette ouverture aux laïcs implique la nomination de femmes à des postes de responsabilité» et rappelle que trois femmes ont été nommées au Dicastère des évêques. «Paradoxalement, elles donnent leurs avis sur des nominations dont elles sont elles-mêmes exclues».

La rédactrice en chef ajoute que l’idée, avancée par des responsables de l’Église, «que l’ordination des femmes renforcerait le cléricalisme n’est pas convaincante». Pour elle, «l’exclusion des femmes fait partie du cléricalisme et c’est un sérieux obstacle à l’évangélisation tout en suscitant un grand malaise chez beaucoup de croyants».

Commentaires

  • Onil Perrier 26 novembre 2022

    Mme Tétreault a bien raison : il est plus que temps d’ouvrir les vannes du sacrement de l’ordre aux hommes mariés et aux femmes. Saint Paul l’a écrit : en Église, il n’y a plus ni homme ni femme…Il est temps que les dirigeants se rendent compte que seul le besoin des groupes de croyants devraient être la norme pour confier à quelqu’un le rôle d’ANIMATEUR, pour que ces groupes deviennent COMMUNAUTÉS et accèdent à l’Eucharistie. À la dernière Cène, Jésus n’a pas exclu les femmes quand il a commandé : Faites ceci en mémoire de moi. Elles devaient être plusieurs à assurer le service, comme toujours. La meilleure façon d’éliminer le cléricalisme et le patriarcat, ce sera justement de confier à des femmes croyantes, autant qu’à des hommes, le service d’animer les groupes communautaires ou synodaux. Les évêques devraient en créer partout (au lieu de fermer les églises et les paroisses), comme le demande le pape François.

    Répondre
arrow up