Actualités

dimanche, 6 mars 2011

Journaliste ou animatrice?

Il y a une semaine, la Lettre InfoFPJQ indiquait qu’une consultation sur le titre de journaliste professionnel se déroulerait bientôt. Parce qu’ils déplorent que le titre de journaliste soit fréquemment utilisé par des gens qui n’en sont pas, les membres de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec ont récemment voté en faveur d’une telle réflexion. Dans sa lettre électronique du 24 février, la FPJQ illustrait son propos avec la capture d’écran d’une émission d’ECDQ.tv où la religieuse Marilou Bernier est identifiée comme journaliste. Aucun commentaire n’accompagnait toutefois cette photographie mais le terme journaliste avait été encerclé. Cette semaine (3 mars), la lettre électronique mentionne que l’archevêché – appelé évêché dans le texte – «estime qu’il serait sans doute préférable d’identifier la religieuse comme animatrice». Proximo, le bulletin de nouvelle de Radio Ville-Marie, mentionnait cette semaine que la vidéo a été modifiée.

Commentaires

  • Jasmin Lemieux-Lefebvre 7 mars 2011

    Je tiens à préciser que j’ai eu la chance la semaine dernière de discuter avec le secrétaire général de la FPJQ, M. Claude Robillard, et il ne dénonce aucun agissement de ECDQ.tv. Il m’a mentionné qu’il n’a rien contre le fait que Sœur Marilou soit identifiée comme journaliste (seul le terme « journaliste professionnel » doit être encadré à son avis) . Des copains de la PC lui ont partagé ce clip et il pensait, à raison, que le tout illustrait bien le questionnement sur l’utilisation du terme journaliste. Je lui ai dit que nous partageons aussi cette réflexion et que nous désirons identifier Sr Marilou comme animatrice quand elle anime une émission et journaliste si elle fait du travail journalistique.

    La citation de l’infolettre de la FPJQ est exacte :
    L'évêché de Québec, qui identifiait Sœur Marilou Bernier comme «journaliste» sur son site Espace Médias, a amorcé une réflexion à ce propos et estime qu'il serait sans doute préférable de l'identifier plutôt comme «animatrice».

    Le texte de Proximo sur l’infolettre de la FPJQ titre donc à tort que ECDQ.tv a été «épinglé». Ajoutons que contrairement à ce qui est mentionné dans le texte du bulletin de nouvelles de RVM, nous n’avons pas modifié notre capsule.

  • François Gloutnay 7 mars 2011

    Le débat me semble important. Peut-on porter le titre de journaliste si on travaille à temps plein pour la publication d'un ordre professionnel (ex: le Barreau, l'Ordre des ingénieurs) ou d'un organisme lié au gouvernement (Conseil du statut de la femme, Office de la protection du consommateur, Hydro Québec)? Si la réponse est non, alors la plupart des publications membres de l'ACPC n'ont pas de journalistes mais plutôt des rédacteurs et rédactrices. Ils ne peuvent donc pas être membres de la FPJQ ou de l'AJIQ.

    Mais quel titre pour nos pigistes? Certains sont pourtant des spécialistes de l'information religieuse – comme d'autres se spécialisent en sports, en sciences ou en loisirs – mais ils ne peuvent subvenir à leurs besoins car la demande pour l'info religieuse est mince au Québec. Ce sont les publications institutionnelles qui leur commandent des articles et leur versent des cachets.

Commentaires fermées.

arrow up