Actualités

samedi, 21 novembre 2020

Décès d’un ex-président de l’ACPC

Président de l’ACPC de 1969 à 1972 puis de 1976 à 1977, Paul Desaulniers est décédé le 11 novembre 2020 à l’âge de 80 ans. Il a longtemps dirigé la Revue Notre-Dame (devenue RND puis Idées).

Dans sa notice nécrologique, on a inséré cette mention: «Tout au long de sa vie, le père Paul a été un novateur dont la pensée et l’action ont été influencées par les puissants courants rénovateurs des années 1960: les conciles du pape Jean XXIII dans le domaine religieux et de la Révolution tranquille dans la société civile. Son engagement missionnaire s’exerce principalement par la Revue RND qu’il transforme en revue socioreligieuse, n’écartant pas les problématiques les plus chaudes d’une société québécoise en pleine évolution, qu’il assaisonne des sages propos de son personnage du Vieux Médée. Il en fera un très grand succès de diffusion grâce un partenariat avec le réseau des Caisses populaires.»

En juin 1976, Paul Desaulniers et Bernard Mercier (Revue Sainte-Anne de Beaupré – décédé le 31 décembre 2019) ont participé à la relance de l’ACPC, une association qui deviendra l’AMéCO.

«Vous êtes sans doute surpris de recevoir des nouvelles de l’ACPC après quatre années de silence. Ce début de résurrection est le fruit d’une initiative de l’OCS (Office des communications sociales) qui a convoqué dernièrement une réunion de consultation auprès des membres de l’ACPC qu’il a pu rejoindre. Les huit participants de l’ACPC présents à cette rencontre ont montré de l’intérêt pour la relance de leur association et ont mandaté les deux signataires de cette lettre pour procéder à une plus vaste consultation auprès de tous les membres de l’ACPC (ceux de 1972)», ont-ils écrit dans une lettre.

Paul Desaulniers était membre de la communauté des Missionnaires du Sacré-Cœur (MSC). Dans cette vidéo du Centre Viréo, on le reconnaît dans les toutes dernières images. (photo: avis de décès)

 

Commentaires

  • Gilles Leblanc 21 novembre 2020

    Ce cher Paul qui vient de nous quitter. L’ACPC lui doit beaucoup, dont sa seconde vie en 1976. Et ce Vieux Médée, une des chroniques les plus attachantes de nos périodiques. dont il fut le créateur et l’auteur prolifique.

    Répondre
  • Mario Bard 23 novembre 2020

    J’aimerais offrir, au nom de l’association, toutes nos sympathies à ses familles de sang et d’esprit.

    Répondre
arrow up