Actualités

jeudi, 21 février 2019

Pastorale-Québec: 40 paroisses

«Le 1er janvier 2019 a marqué la dernière étape pour le regroupement juridique des paroisses que nous vivons depuis quelques années», indique Martin Gauthier, coordonnateur pour les regroupements juridiques, dans le plus récent numéro de Pastorale-Québec.

«Cette dernière série de regroupements nous vaut sept nouvelles paroisses reconfigurées. Ceci s’ajoute aux douze nouvelles paroisses configurées de janvier 2018, aux dix de janvier 2017 et à plusieurs autres créées par les regroupements des années précédentes. Notre diocèse compte maintenant 40 paroisses, lui qui en avait plus de 250 avant le tournant de l’an 2000», explique-t-il.

«Je me dois de souligner l’effort énorme que les gens de chacun des milieux ont dû déployer pour arriver à cette diminution du nombre de paroisses, et par le fait même du nombre de fabriques et d’Assemblées de fabrique. L’effort s’est aussi déployé du côté des membres des Services diocésains, où les personnes de différents services ont mis la main à la pâte. Mais il y a encore beaucoup à faire, car ce changement de structure amène de nouveaux défis pour ces nouvelles paroisses plus grandes; de même pour le personnel des Services diocésains, qui aura à accompagner ces milieux vers de nouveaux horizons.»

Commentaires

  • Onil Perrier 3 mars 2019

    Je me demande sérieusement si cet effort de regroupement des paroisses est vraiment fait pour le plus grand bien de l’Église. S’il fera que la Bonne Nouvelle, le message de Jésus et surtout le cheminement des croyants sera mieux accompagné. Pour moi, il est essentiel que dans tous les milieux de vie, dans toutes les communautés humaines, il y ait un animateur( (ou une animatrice) pour regrouper chaque semaine les fidèles et les amener à la Parole et à la Fraction du Pain. Je crains qu’avec ces regroupements forcés, on ne soit en train de créer un « désert ecclésial. » Quand on voit ce que le cléricalisme a engendré à Rome et partout… on prie le Seigneur pour que le sacrement de l’ordre serve enfin, non à maintenir la caste des clercs, mais à multiplier les animateurs non clercs de cellules chrétiennes dans tous les milieux.

    Répondre
  • René Tessier 8 mars 2019

    C’est exactement pour cette raison que le cardinal Lacroix insiste pour que nous mettions sur pied des équipes d’animation locale, constituées essentiellement de personnes laïques. Celles-ci doivent voir à la vie locale, dans chacune des petites communautés regroupées administrativement au sein des grandes paroisses. Évidemment, convenons que, parfois, il peut y avoir loin de la coupe aux lèvres et qu’il peut s’avérer difficile de recruter les personnes baptisées; surtout que le mot d’ordre est de sortir du cercle restreint des TLM (toujours les mêmes). Au moins, la volonté est là. Il faudra voir pour la suite.
    René Tessier, Québec

    Répondre
arrow up