Actualités

mercredi, 31 août 2011

A-t-on encore besoin des journalistes?

Le blogue avait annoncé, en janvier dernier, la parution prochaine du livre A-t-on encore besoin des journalistes? d’Éric Scherer, un journaliste et essayiste rencontré lors des Journées François de Sales 2011, un événement organisé par la Fédération française de la presse catholique. Le livre vient d’arriver en Amérique du Nord (voir le site amazon.ca).

Le constat de Scherer: «la création de contenus, notamment journalistiques, par les gens qu’on appelait autrefois l’audience, est devenue phénoménale. Plus besoin d’imprimerie pour se faire lire, de stations de radio pour se faire entendre ou de télévision pour se faire voir. Chacun est devenu un média!» Conséquence: les tirages des médias écrits régressent de façon affolante. «Si 98% des foyers américains achetaient des journaux en 1970, ils n’étaient plus que 53 % en 2000 et 33 % en 2009. Côté magazines, le taux de réachat s’est effondré. Le public achète le même hebdomadaire ou mensuel une fois sur trois ou quatre.»

Commentaires

  • Mario B 2 septembre 2011

    À la question, je ne sais pas ce qu'a répondu le spécialiste. Personnellement, je dirais "Plus que jamais!!!"
    Si les supports ont changé, le travail journalistique de base de recherche doit toujours être fait avec rigueur. Si cela est bâclé, pas d'information qui puisse soutenir de véritables évolutions dans nos sociétés.
    Internet laisse beaucoup de place à l'opinion. Celle-ci permet-elle l'évolution de nos sociétés par l'information ou devient-elle un fourre-tout d'opinions prononcées à la va vite et sur le coup de l'émotion? Rapportons-nous à nos propres vies quotidiennes; ce type de comportement fait rarement évoluer une situation problématique vers des solutions qui soient vraiment évolutives pour tous.
    Oui, nous avons plus que jamais besoin de journalistes qui ont a coeur des pratiques rigoureuses de recherche, dans le but d'informer. Au risque de véritablement bousculer, remettre en question et faire avancer les choses.

    Répondre
arrow up